Sur le QUEULAT, une ambiance particulière s’installe…

D’heure en heure, dans ce huis clos.. les esprits se détendent, les conversations et les contacts se nouent ; 

Les passagers se croisent, s’installent dans le « carré cafétéria » pour jouer aux cartes, .. boire du maté, regarder la télé.. ou discuter !

Ambiance familiale .. et chilienne, je suis encore une des rares touristes.

Mémorables rencontres :

Pour moi,

d’étonnants moments de complicité avec mes voisins de cabine ;

MAYA : une jeune américaine enseignante en anglais en mission pour 6 mois dans le minuscule port de Puerto Raul Marin Balmaceda.. 

Avec elle, grâce à elle, j’ai vu mon premier pingouin-manchot batifolant près du port !! !!👏👏. Pleine d’attentions pour moi, et d’une générosité touchante ;

PATRICO et ses 3 filles, 

Patricio vit à MELINKA .. la plus grande île de l’archipel des Guatecas, au Sud du golfe de Corcovado..

Il revient de Valdivia .. plus au Nord, sur la côte Pacifique ; divorcé, il est allé chercher MAGDALENA, ROSA, et CYNTHIA chez leur mère pour les ramener sur son île pour les vacances d’été ! Pour Patricio, MELINKA-VALDIVIA c’est 3 jours de voyage, aller et 3 jours retour !! Seules les vacances scolaires créent l’occasion de les retrouver.

Un incroyable bonheur se lit sur son visage durant tout le voyage ! 

Sur le pont, à la cafeteria, en 48 h, des rencontres touchantes,

LEO descendra à MELIMOYU, dont il est originaire ; c’est la première fois depuis 30 ans qu’il revient sur son île minuscule ; il est fier et ému de présenter la terre de ses ancêtres à ses grands enfants (25 et 30 ans) qui l’accompagnent.

  • PAULO, architecte .. et aquarelliste !
  • DOMINICA, étudiante en sociologie à l’Université de Santiago .. Elle se demande si à cause de la crise politique, les cours reprendront ou non en mars !
L’aquarelle de Paulo -Photo VPapillard 6 janvier 2020

CYNTHIA et son fils GASTON : descendants des « PIKUNCHE » ; en dialecte local, le terme signifie « les gens du Nord « – elle vit seule à San Fernando au Sud Santiago. Elle a arrêté l’université pour élever son fils et vit d’emplois saisonniers ; elle a trouvé un travail pour 1 mois dans une estancia près de CHILE CHICO, au Sud du grand « Lac General Carrera, (au centre de la Patagonie), pour la cueillette des cerises ; c’est la pleine saison en ce moment dans cette région. De CHACABUCO, demain, à l’arrivée du bateau, elle devra rejoindre la rive Nord du lac pour le traverser (en ferry !) et rejoindre ainsi son futur lieu de travail ; son fils GASTON, 12 ans, l’accompagne car c’est au Chili, la période de vacances scolaires d’été ;

Hasard.. : ce parcours est aussi celui que j’ai prévu et je l’accompagnerai donc aussi jusque là ! ..

A certains j’avais confié que j’avais oublié « mes provisions de route » dans le frigo de l’hôtel le matin du départ !

A l’heure des repas, je m’installais à l’une des tables du carré, face un incontournable « empanada » (*), seule nourriture salée -néanmoins délicieuse- du petit bar, je fus bientôt repérée par les uns ou les autres qui voulurent partager avec moi leurs abondants paniers repas !

MARCELA et AUGUSTO sont très organisés ! ; en horaires décalés pour pouvoir occuper 2 grandes tables de l’espace cafeteria, Marcela se met en cuisine et c’est du sérieux ! de leur camping car, Marcela remonte à l’étage toute sa « batterie de cuisine » .. ou presque ! pour offrir à sa famille de « vrais »repas ; « entrée, plat, dessert » ! excellents j’en témoigne, car je suis très vite leur invitée !

Avec eux je discute ! .., avec mon espagnol très approximatif mais suffisant pour les comprendre et m’exprimer ..à peu près !!

 D’escale en escale, de jour ou de nuit, le bateau égrène ses passagers ; je dois me séparer avec émotion des uns et des autres ..

Mémorables rencontres

Plusieurs bateaux ayant été supprimés à cause de la grève, nous étions près de 500 à bord au départ de PUERTO MONTT ; demain, nous ne plus qu’une petite cinquantaine à l’arrivée à CHACABUCO ; et la cale sera vide !.. ; dans les 7 ports desservis le QUEULAT a déchargé ses marchandises pour alimenter pour la semaine ces ports éloignés.

(1) empanada : « le fast food » d’Amérique du Sud ! Chaque pays les prépare à sa façon ; au Chili, le chausson – pâte brisée plus ou moins épaisse- est fourré d’une préparation à la viande hachée – agneau ou boeuf-, oignons, oeuf dur émincé, épices .. Bien nourrissant, et pas cher !, il peut être délicieux ou « étouffe- chrétien » et on les trouve « à tous les coins de rue ! (Bien pratique pour les voyageurs !)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :