8 mars 2020 : mémorable Journée des Femmes au CHILI !

8 MARS 2020 : SANTIAGO : 500 000 ?,1 million ? de femmes sont descendues dans la rue pour revendiquer leurs droits, dénoncer les violences.., affirmer leur participation, ET crier haut et fort leur volonté d’être au cœur du mouvement social actuel. 

Aujourd’hui, en décalé !.. , de mon canapé parisien (eh oui, rentrée 🙁!), quelques images de cette journée historique !

Image Courrier International

« JOURNEE HISTORIQUE (2) : c’est aussi le terme employé le lendemain par le journal national La Cuarta qui consacre sa une à la foule anonyme teintée de violet, couleur symbole des luttes féministes.

Historique ! C’est ce mot que des  femmes ont de peint sur la chaussée !

Historique par le nombre de femmes (aussi l’une des plus importantes de la planète !) mais aussi par la force, l’incroyable détermination qu’ellles ont montré.

Ce dimanche 8 mars matin à mon hôtel, la télé annonçait tranquillement, entre autres infos, le 3ème cas de coronavirus dans le pays.. mais personne encore ne se souciait du fléau

Depuis de nombreuses semaines l’énergie des femmes se concentrait sur la préparation de cette journée qu’elles voulaient marquante car elles souhaitaient aussi – m’ont elles ditrehausser la force du mouvement social qui ne fait que s’amplifier au Chili depuis le 19 octobre dernier. 

Santiago s’était en partie vidé pour les vacances d’été, mais les femmes dessinaient et collaient des affiches sur les murs de Santiago ; jusqu’au matin même, elles ont « travaillé » – m’ont -elles dit.

Collage d’affiche samedi matin, sur le mur du Centre Culturel Gabriela Mistral
« NOUS LES FEMMES EN PREMIÈRE LIGNE .. »
Samedi 7 mars 21.00 : par petits groupes, fin de répétition générale dans le quartier étudiant, sous les fenêtres de chez Justine
..
Samedi 7 mars 22.00, veille de la manif : dernier collage, de nuit, au pied de l’immeuble où habite Justine

.. Cette journée de dimanche s’annonçait donc particulière : j’en fus témoin, me retrouvant « plus ou moins volontairement ».. au cœur de l’événement !

Quelle énergie déployée par ces femmes pour marcher, crier en cœur des slogans en arborant pancartes et drapeaux, fanions verts (le vert couleur symbole de la lutte pour la liberté de l’avortement) ou violets *, sauter, danser, chanter, et même défiler à moto ! 👏

Dommage que les vidéos ne passent pas sur ce site, vous auriez un aperçu de leur incroyable dynamisme !

Aujourd’hui je n’ai pas fini d’en ressentir l’émotion !

Récit et images de ma modeste participation :

11.00 : Sortant de mon hôtel, je « tombais » sur l’un des multiples groupes qui avançaient, déterminés, vers la grande PLAZA ITALIA, lieu de rassemblement et de départ de la manifestation qui dura jusqu’au soir !  

Me voyant émue, prenant photos et vidéos, elles me prirent immédiatement par le bras, – l’une d’elles, Julia tentant de me mettre un de leurs chapeaux sur la tête !, et m’entraînèrent avec elles dans leur élan vers le point de rassemblement ! 

Je marchai un long moment à leurs côtés, en bordure ou au cœur du cortège qui avançait doucement, par petits groupes, précédés de voitures haut -parleur..et s’arrêtaient de temps à autre quelques minutes pour des ballets très rythmés, hauts en couleurs et en musique percutante !

très émue de partager avec ces femmes ce moment unique..

Un œil peint sur le sol : Référence aux blessés par les tirs de balles de la police lors des manifestations
« NO MAS » PLUS JAMAIS DE TUÉES, VIOLEES etc..

Un peu plus loin : « NO MAS »,  « SOMOS MAS » :

Les femmes rappellent aujourd’hui ces deux slogans qui datent de la dictature :

  • NO MAS = sous-entendu NO MAS MUERTES NO MAS DESAPARICIONES = « plus jamais d’assassinats et de disparitions forcées »
  • SOMOS MAS = « nous sommes plus nombreux » = slogan utilisé pendant la campagne du NON à Pinochet
  • Et aussi NI UNA MENOS : « pas une de moins » : SLOGAN de ralliement des mouvements féministes latino-américains contre les féminicides

Puis, d’un seul coup, en quelques minutes, la manifestation s’est densifiée, les femmes affluant de partout, pour ce rendez-vous, PLAZA ITALIA.

« JAMAIS PLUS SANS NOUS »
Descendu des motos, le groupe de femmes est applaudi !

Elles arrivaient par groupes des 3 grandes avenues qui débouchent « en étoile » sur la place, pour rejoindre la désormais célèbre statue du Général Baquedano, au centre de la Place.

Mouvement des femmes détenues

Soudain j’ai pris conscience que je me trouvais au centre de la place, au pied de la statue, entourée de milliers de femmes !! …au cœur de la manif, qui allait démarrer ! 

Encore quelques photos,

En train de peindre HISTORICAS en lettres géantes (vues du ciel sur la photo 2 de cet article

et puis…, par crainte d’un mouvement de foule.. et sur conseil de Justine (1) la veille : 

« Maman tu peux être au début de la manif’ mais STP ne reste pas, car ici au Chili, ça peut tourner mal très vite... » 🙁

J’ai donc choisi .. presque à regret.., de me frayer rapidement un passage à travers la foule pour sortir de la manif au plus vite ! 

..et regagner sagement les avenues adjacentes, d’où continuaient à arriver des dizaines, des centaines de femmes .. de toutes les couleurs ! habillées, maquillées, porteuses de pancartes, drapeaux et banderoles (dont malheureusement – j’ai beau avoir fait en 3 mois de grands progrès en espagnol 😉, je ne déchiffrais pas tout !)

Justine ..et la presse du lendemain m’ont donné bien des explications

(1) je pense alors à Justine qui se trouvait bien sûr dans la foule, un peu plus loin, pour son travail !

(2) REPORTAGE le lendemain, DE COURRIER INTERNATIONAL : ..

Entre autres slogans : celui-ci entendu PLUSIEURS FOIS « martelé »

« Un violeur sur ton chemin» : cite Courrier International

ou bien « PINERA c’est toi le violeur !! »

  «  la performance du collectif chilien LasTesis, devenu un hymne mondial contre les violences envers les femmes, a été la grande star du défilé à Santiago, qui a réuni entre 125.000 et 500.000 manifestantes, selon les chiffres de la police et des organisatrices.

Le cortège, long de 4 km, s’est arrêté à plusieurs reprises pour que les manifestantes puissent reprendre la chorégraphie chantée qui dénonce les manquements des institutions dans la lutte contre les violences machistes. »

Le cortège défila jusqu’au soir ;

fin de journée mouvementée ! :

Vers 22.00, de l’appartement de Justine (et tandis qu’elle enregistrait son reportage du jour pour la Radio France !😉) on entendait encore résonner les sirènes des camions de police déversant leurs jets d’eau, et l’explosion des bombes lacrymogènes tentant de mettre fin à cette journée mémorable !

👍😅👏

* Au Chili, la couleur verte est la couleur de la lutte pour la liberté de l’avortement 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :