8 mars 2020 : mémorable Journée des Femmes au CHILI !

8 MARS 2020 : SANTIAGO : 500 000 ?,1 million ? de femmes sont descendues dans la rue pour revendiquer leurs droits, dénoncer les violences.., affirmer leur participation, ET crier haut et fort leur volonté d’être au cœur du mouvement social actuel. 

Aujourd’hui, en décalé !.. , de mon canapé parisien (eh oui, rentrée 🙁!), quelques images de cette journée historique !

Image Courrier International

« JOURNEE HISTORIQUE (2) : c’est aussi le terme employé le lendemain par le journal national La Cuarta qui consacre sa une à la foule anonyme teintée de violet, couleur symbole des luttes féministes.

Historique ! C’est ce mot que des  femmes ont de peint sur la chaussée !

Historique par le nombre de femmes (aussi l’une des plus importantes de la planète !) mais aussi par la force, l’incroyable détermination qu’ellles ont montré.

Ce dimanche 8 mars matin à mon hôtel, la télé annonçait tranquillement, entre autres infos, le 3ème cas de coronavirus dans le pays.. mais personne encore ne se souciait du fléau

Depuis de nombreuses semaines l’énergie des femmes se concentrait sur la préparation de cette journée qu’elles voulaient marquante car elles souhaitaient aussi – m’ont elles ditrehausser la force du mouvement social qui ne fait que s’amplifier au Chili depuis le 19 octobre dernier. 

Santiago s’était en partie vidé pour les vacances d’été, mais les femmes dessinaient et collaient des affiches sur les murs de Santiago ; jusqu’au matin même, elles ont « travaillé » – m’ont -elles dit.

Collage d’affiche samedi matin, sur le mur du Centre Culturel Gabriela Mistral
« NOUS LES FEMMES EN PREMIÈRE LIGNE .. »
Samedi 7 mars 21.00 : par petits groupes, fin de répétition générale dans le quartier étudiant, sous les fenêtres de chez Justine
..
Samedi 7 mars 22.00, veille de la manif : dernier collage, de nuit, au pied de l’immeuble où habite Justine

.. Cette journée de dimanche s’annonçait donc particulière : j’en fus témoin, me retrouvant « plus ou moins volontairement ».. au cœur de l’événement !

Quelle énergie déployée par ces femmes pour marcher, crier en cœur des slogans en arborant pancartes et drapeaux, fanions verts (le vert couleur symbole de la lutte pour la liberté de l’avortement) ou violets *, sauter, danser, chanter, et même défiler à moto ! 👏

Dommage que les vidéos ne passent pas sur ce site, vous auriez un aperçu de leur incroyable dynamisme !

Aujourd’hui je n’ai pas fini d’en ressentir l’émotion !

Récit et images de ma modeste participation :

11.00 : Sortant de mon hôtel, je « tombais » sur l’un des multiples groupes qui avançaient, déterminés, vers la grande PLAZA ITALIA, lieu de rassemblement et de départ de la manifestation qui dura jusqu’au soir !  

Me voyant émue, prenant photos et vidéos, elles me prirent immédiatement par le bras, – l’une d’elles, Julia tentant de me mettre un de leurs chapeaux sur la tête !, et m’entraînèrent avec elles dans leur élan vers le point de rassemblement ! 

Je marchai un long moment à leurs côtés, en bordure ou au cœur du cortège qui avançait doucement, par petits groupes, précédés de voitures haut -parleur..et s’arrêtaient de temps à autre quelques minutes pour des ballets très rythmés, hauts en couleurs et en musique percutante !

très émue de partager avec ces femmes ce moment unique..

Un œil peint sur le sol : Référence aux blessés par les tirs de balles de la police lors des manifestations
« NO MAS » PLUS JAMAIS DE TUÉES, VIOLEES etc..

Un peu plus loin : « NO MAS »,  « SOMOS MAS » :

Les femmes rappellent aujourd’hui ces deux slogans qui datent de la dictature :

  • NO MAS = sous-entendu NO MAS MUERTES NO MAS DESAPARICIONES = « plus jamais d’assassinats et de disparitions forcées »
  • SOMOS MAS = « nous sommes plus nombreux » = slogan utilisé pendant la campagne du NON à Pinochet
  • Et aussi NI UNA MENOS : « pas une de moins » : SLOGAN de ralliement des mouvements féministes latino-américains contre les féminicides

Puis, d’un seul coup, en quelques minutes, la manifestation s’est densifiée, les femmes affluant de partout, pour ce rendez-vous, PLAZA ITALIA.

« JAMAIS PLUS SANS NOUS »
Descendu des motos, le groupe de femmes est applaudi !

Elles arrivaient par groupes des 3 grandes avenues qui débouchent « en étoile » sur la place, pour rejoindre la désormais célèbre statue du Général Baquedano, au centre de la Place.

Mouvement des femmes détenues

Soudain j’ai pris conscience que je me trouvais au centre de la place, au pied de la statue, entourée de milliers de femmes !! …au cœur de la manif, qui allait démarrer ! 

Encore quelques photos,

En train de peindre HISTORICAS en lettres géantes (vues du ciel sur la photo 2 de cet article

et puis…, par crainte d’un mouvement de foule.. et sur conseil de Justine (1) la veille : 

« Maman tu peux être au début de la manif’ mais STP ne reste pas, car ici au Chili, ça peut tourner mal très vite... » 🙁

J’ai donc choisi .. presque à regret.., de me frayer rapidement un passage à travers la foule pour sortir de la manif au plus vite ! 

..et regagner sagement les avenues adjacentes, d’où continuaient à arriver des dizaines, des centaines de femmes .. de toutes les couleurs ! habillées, maquillées, porteuses de pancartes, drapeaux et banderoles (dont malheureusement – j’ai beau avoir fait en 3 mois de grands progrès en espagnol 😉, je ne déchiffrais pas tout !)

Justine ..et la presse du lendemain m’ont donné bien des explications

(1) je pense alors à Justine qui se trouvait bien sûr dans la foule, un peu plus loin, pour son travail !

(2) REPORTAGE le lendemain, DE COURRIER INTERNATIONAL : ..

Entre autres slogans : celui-ci entendu PLUSIEURS FOIS « martelé »

« Un violeur sur ton chemin» : cite Courrier International

ou bien « PINERA c’est toi le violeur !! »

  «  la performance du collectif chilien LasTesis, devenu un hymne mondial contre les violences envers les femmes, a été la grande star du défilé à Santiago, qui a réuni entre 125.000 et 500.000 manifestantes, selon les chiffres de la police et des organisatrices.

Le cortège, long de 4 km, s’est arrêté à plusieurs reprises pour que les manifestantes puissent reprendre la chorégraphie chantée qui dénonce les manquements des institutions dans la lutte contre les violences machistes. »

Le cortège défila jusqu’au soir ;

fin de journée mouvementée ! :

Vers 22.00, de l’appartement de Justine (et tandis qu’elle enregistrait son reportage du jour pour la Radio France !😉) on entendait encore résonner les sirènes des camions de police déversant leurs jets d’eau, et l’explosion des bombes lacrymogènes tentant de mettre fin à cette journée mémorable !

👍😅👏

* Au Chili, la couleur verte est la couleur de la lutte pour la liberté de l’avortement 

SUR LES MURS DE SANTIAGO ! 7 mars 2020

Pendant que la France entre en « confinement coronavirus »,

LE CHILI continue SA RÉVOLUTION

Décembre-Mars 2020 : SUR LES MURS DE SANTIAGO, en 3 mois j’ai vu l’incroyable changement …

Murs.., statues (des militaires ou conquérants espagnols !) sont couverts de peintures que chaque jour, artistes reconnus ou non, -(en fin de cet article)-, hommes ou femmes, viennent recouvrir pour s’exprimer à leur tour.. 

LE MUR DU CENTRE CULTUREL GABRIELA MISTRAL (Tout près de PLAZA ITALIA, -Centre ville-)

Le « Centro Cultural GABRIELA MISTRAL » – du nom de la poétesse de renommée nationale- en septembre 2019 : AVANT LE DÉBUT du mouvement social, est aujourd’hui couvert de peintures et d’affiches.

Photo d’Anna * prise du coin du bâtiment ! Pas de recul possible pour prendre une photo d’ensemble du mur entier !

Sur la PLAZA ITALIA, la grande place centrale de Santiago, (lieu de départs et d’arrivée des manifs quotidiennes), BAQUEDANO, général d’armée chilienne, le premier relooké !

Tout près de la PLAZA ITALIA, quartier Lastarria

DES CHILIENS DÉTERMINÉS !

PINERA VA-T-EN ! : Sur les vitres de la bibliothèque municipale ..

Les abris-bus mis à nus à l’automne ont pris des couleurs !

25 décembre !

Tous les jours je vois des chiliens de tous âges sortir leurs bombes de peinture et leurs pinceaux !

DES CHILIENS DÉTERMINÉS !
« NOUS N’AVONS PAS PEUR ! »
« Notre corps premier territoire de lutte ..  »

357 manifestants ont perdu un œil à cause des balles .. pas toutes en caoutchouc !- tirées par la polices entre octobre et décembre. .. « Et pourtant.. nous voyons encore « 

«  Y a un modem os ver » : « Et nous pouvons encore voir »
PINERA, nous ne sommes pas tes esclaves !
Le capitalisme a tué l’homme
Dans le quartier « résidentiel » : « Si on laisse pas les pauvres rêver, alors les riches ne pourront plus dormir » (sous- entendu on les empêchera de dormir !)

PLAZA ITALIA, la station de métro « Baquedano » a été fermée par les manifestants eu-mêmes car un QG de police se trouvait au sous-sol, et servait de centre de pré-détention – pas cool du tout 😫pour les manifestants arrêtés pendant les manifs ☹️☹️☹️

Quotidiennement, en centre ville les murs du Centro Cultural se couvrent de nouvelles affiches, peintures murales grandes …/..

Ou petites ..

..sur ce même mur, des post-it sont mis à dispo ds la boîte à gauche sur la photo : QUI VEUT PEUT ÉCRIRE SON ÉMOTION .. 😀 revendication, coup de cœur..,

Les artistes connus s’expriment avec des symboles maintenant connus de toute la population ;

CHAQUE PERSONNAGE EST UN SYMBOLE !

Par exemple, présent sur des dizaines de peintures, ce chien noir est devenu la « mascotte » des manifestants !,

Autre symbole le foulard noir,

et le panneau de signalisation PARE = STOP , décroches de leur socle et utilisé comme bouclier par les manifestants

« Mata paco » : C’est son nom : toute une histoire !

Par le même artiste cette poupée jaune fait référence à une histoire récente qui s’est passée sur le quai du métro !

« Avec tous sinon pas du tout »

Puis d’artistes connus à Santiago :

Et cet artiste qui illustra « son guernica » pour expliquer les symboles aux enfants des écoles !

UNE POPULATION TRÈS REMONTÉE CONTRE LES VIOLENCES POLI CIERES ! 1 mur sur 2 y fait allusion : « PACO ASSASINO » flics assassins

Paco = les flics

S’IL VOUS PLAÎT, SOYEZ ZEN !!
ZEN !!
Recueillement sur le lieu où un manifestant est tombé dans un trou .. A droite de l’image, des restes des balles utilisées par la police lors des manifestations

Au coin de la grande avenue centrale, un jeune est tombé dans un trou (créé par les manifestants qui ont levé des pavés ?)

C’était en janvier : l’histoire dit d’abord qu’il fut électrocuté par les fils à nus présents ds le trou ; puis l’autopsie montra qu’il fut intoxiqué au gaz .. lancé sur lui par la police… ?

Chaque jour, des dizaines de personnes viennent se recueillir ici.

A cet endroit même, Le lendemain du jour ou j’ai pris cette photo, en marge du rassemblement pour les Femmes, des hommes se sont rassemblés là ; ce sont eux qui ont démarré le « combat » en lançant des balles de caoutchouc sur la police ..☹️

Voilà pour ma visite guidée .. que j’ai pu vous «offrir » 😀😀 grâce au précieux éclairage de

* Roberto, Anna et ses amis,

Tous vivant à Santiago, ils sont très sensibilisés aux problèmes que rencontre actuellement leur pays ; ils proposaient samedi une « lecture décryptage » des affiches et peintures du centre ville.

Cette précieuse matinée avec eux m’a permis non seulement de voir et comprendre les slogans, graffitis et multiples symboles qui recouvrent les murs, mais aussi de partager avec eux un tout petit peu de leur histoire, 🤔…ET BEAUCOUP D’EMOTION ! ….😢😀

Merci à eux pour cet éclairage très très enrichissant ! 👏👏

Photo après 4h 30 de « lecture » dans les rues de Santiago !

La fin de la matinée s’est passée assis dans le hall du centre culturel, à écouter racontés par Anna, des petites pages d’histoire et les derniers événements qui se sont déroulés dans et autour de ce lieu hautement symbolique ! construit par Allende en 1971 pour recevoir une conférence internationale.. il fut réquisitionné en 73 par le gouvernement Pinochet.. je vous raconte la suite page suivante !😀

7 mars 2020 : LE CHILI en pleine RÉVOLUTION ! « Chile desperto »

« Chile desperto » = le Chili s’est réveillé !

(photo 5)

Après ma page Patagonie, 26 décembre-13 février, j’avais retrouvé Santiago plutôt calme : c’était cœur de l’été austral, l’équivalent de notre mois d’août.., les murs témoignaient de la mobilisation des chiliens, de leur très forte motivation depuis le 19 octobre, date du début du mouvement.

En janvier- février, (nos mois de juillet et août) chaque soir des feux s’allumaient au milieu grandes avenues, des petits rassemblements se formaient, la police sortait tout de suite ses jets d’eau !, mais pas de grands mouvements, « c’était les vacances » ..

aujourd’hui je retrouve une ville en ébullition !

Ces 2 Photos sur un mur du centre ville de Santiago : PARE = STOP !

 Les chiliens tous mobilisés pour le référendum 26 avril : pour ou contre une nouvelle Constitution

Sous les fenêtres de chez Justine : APRUEBO ! = oui au changement de Constution

Photos prises samedi dans les rues autour de mon hôtel : peintures récentes .. :

= « POUR UN MOIS DE MARS COMBATIF .. » A NE PAS QUITTER (lâcher) LES RUES ! »

Mobilisés pour les sujets fondamentaux : l’eau,

SEUL LE COMBAT NOUS APPORTERA LA DIGNITÉ
Une affiche de rue
Peinture
  • Lundi : c’était la rentrée ! 

Dès le premier soir le Chili s’est réveillé .. 

LE CHILI S’EST RÉVEILLÉ !
  • Vendredi : des manifestation géantes.. ds les 3 plus grandes villes du pays, Santiago, Valparaiso, Concepcion .. 
Vendredi soir, au coin de la rue où habite Justine
photo d’un drone d’un chilien rencontre samedi !
  • Dimanche : une « Journée des Femmes » historique  : un million de femmes dans la rue ! 

Le Chili vit une période, oui, historique !, sa plus grosse crise politique depuis le retour de la démocratie après Pinochet,  en 1990. 

Chaque soir, les rues résonnent des concerts de casseroles qui précèdent les manifs,

des feux s’allument au milieu des avenues, la police approche .. avec ses jets d’eau (ici on appelle ces camions militaires des Guanacos car ils crachent des jets d’eau comme font les Guanacos = les lamas du Chili !)

et puis ça explose..  soudainement, brutalement ; les lacrimos sont lâchées, les tirs de ballent suivent .. Mieux vaut alors éviter de traîner ds les rues dans ces moments.. 

Justine et moi habitons chacune d’un côté de la PLAZA ITALIA point de départ et d’arrivée des manifestants, il faut ruser chaque soir pour se rejoindre !! 

Quelques pas dans les rues de Santiago, un simple coup d’œil sur les murs du centre ville donnent une idée de la FORCE DU MOUVEMENT SOCIAL … = ARTICLE SUIVANT : en 3 mois j’ai vu l’incroyable changement !

28 février 2020 : les INTI ILLIMANI en concert à Caldera 😀 !

Ce soir une autre surprise .. de taille ! : les INTI ILLIMANI en concert à Caldera 😀😀😀 QUELLE ÉMOTION !

Qui se souvient des INTI ILLIMANI ? le plus célèbre groupe chilien des années 1970 !! QUI EUt CRU QUE JE LES VERRAIS CE SOIR, à quelques mètres de moi, dans un petit port du Nord du Chili !?

 Toujours là ! Et en plein forme ! 👏😀😀

Ils se sont fait attendre .. jusqu’a minuit ! sur la plage, inchangés ou presque 😉 ! ..,

Le rythme des années 70 ! 😀😀😀

..xx? qui se souvient de lui ? son nom? Il prend la parole 5 longues minutes pour soutenir le mouvement social ! 👏👏👏👏

GRAND MOMENT D’EMOTION !

« Parque Nacional PAN DE AZUCAR » : Une journée lumineuse !

Ce dimanche, depuis Caldera, ..improbable covoiturage jusqu’au PARC NATIONAL PAN DE AZUCAR ! 320 km de paysages époustouflants ! En orange sur la carte :

3 françaises et une suédoise :

En voiture pour le Parc !

(La photo c’est à la fin du treck !..: Un peu fatiguées ! )

Alors que je désespérais de trouver un moyen d’accéder à ce Parc isolé, une fois encore la chance m’a sourit :

on s’est rencontrées hier : 2, puis 3, puis 4, sur la place du village, et à l’hostal ,.. et on a décidé de louer une voiture ensemble pour la journée :

Depuis ce matin 9.00, on remonte en voiture une côte sauvage, déchiquetée ;

 Dans cette région, à cette saison, le ciel ne se dégage que doucement vers 11.00 ou midi..

bordée de villages isolés presque à l’abandon.. incroyable ..

11.00 : enfin un peu de ciel bleu !

Et on va de surprise en surprise :

Arrivées à l’entrée d’un parc national totalement désert, doublement désert ! 😉.. car on ne croise pas âme qui vive depuis des km un dimanche de plein été austral !

Et encore 40 km en voiture dans les cailloux avant de commencer à marcher !

TREK DANS LE DESERT AZUCAR !

On démarre un trek de 3 heures, ..sans savoir que là-haut, une brume glacée nous encerclera ..avant de nous libérer dans la descente, au milieu des rochers .. et des cactus !

Rapidement distancée je vais tracer ma route «sola »  ! ..
en parlant aux cactus !
la voilà la petite brume !
bien glacée ! ..(vidéo ci dessous)
retour au chaud !
.. mes « collègues » qui sont montées plusnhaut que moi !, ont fait demi tour aussi !

Puis le retour vers la côte par une route étroite

Plus près de l’eau cette fois ..

PLAYA BLANCA .. le soleil a disparu mais le sable est toujours blanc !
Derniers rayons de soleil avant le retour à CALDERA : 93 km !

PORTOFINO,

PORTOFINO ah ah !

FLAMENCO,

et la «  Playa Hippie » qui porte bien son nom ! 

😀😅
Départ du paradis : c’est la fin des vacances !
Anais et Maïté : « on est trop bien ! »
« La rentrée ? Je ne m’en soucie guère ! »

FIN D’UNE GRANDE JOURNÉE ! Nord Chili ! 👍😀😀

(1) dans les déserts et salars autour de San Pedro de Atacama,

25 février 2020 : CALDERA-5 jours à la plage !

NAGER ! J’avais arrêté d’en rêver et voilà que je trouve une plage !

A Caldera j’ai tout trouvé ! 👍..

un petit port de pêche au bord du désert .., ni trop calme, ni trop animé (sauf le week end), 

Ci-dessous : un panoramique du port en 4 fotos ..à peu près !, du Sud au Nord, à mettre bout à bout !

De l’eau à 17 degrés (et turquoise !) pour nager tous les jours, 

Un hostel top : peut être le meilleur de tout mon séjour ! :

une jolie petite maison avc jardin

Ça change de chez Soledad et Guido !!😉

.. une famille sympa,

Ceviches et poissons frais grillés à volonté,

.. et un dernier phare pour ceux qui aiment.., 😍

Et même des lions de mer ! Zut mes petites vidéos ne passent pas sur ce site !

Le tout à une centaine de km un Parc National sublime ! Féliz..! 😀😀

Bon pas de provoc’, j’arrête !

Fin de la page NORTE CHICO (18 jours) EN BEAUTÉ  !!

Dans quelques jours comme je re trouve à Paris la pluie.. les élections municipales., et le coronavirus !

26 avril 2020 : au Chili « pour ou contre UNE NOUVELLE CONSTITUTION »

 « Libérer l’eau ! »

De l’eau !, de l’eau » !

Quand on entend les chiliens parler de la « crise sociale » qui reprend activement ces jours-ci dans tout le pays (ici c’est fin de l’été, « la rentrée »  !), ils parlent AVANT TOUT DE L’EAU ! 

Vu du bus : Sur un mur de Copiapo en passant hier ! (Copiapo grande ville minière !)

Tout au long de mon voyage de presque trois mois déjà !, j’ai entendu comme un appel au secours ! « De l’eau !, de l’eau »

Avec l’éducation et la santé payantes ici, l’eau rendue publique, gratuite et accessible à tous, est le premier des changements qu’ils attendent dans la nouvelle Constitution qu’ils espèrent cette année, si une majorité de OUI ressort du RÉFÉRENDUM annoncé par le Président PINERA fin novembre 2019 pour début avril 2020.

Car au Chili, l’eau « appartient » à des sociétés privées qui construisent des barrages pour détourner l’eau à leur profit pour irriguer leurs haciendas ou faire fonctionner les mines !, au détriment de la population ; 

Ainsi à quelques centaines de mètres d’un verger privé florissant, des villages entiers sont à sec !! 

Face à la contestation grandissante qui a commencé brutalement le 19 octobre dernier suite à l’annonce de l’augmentation de 30 pesos du ticket de métro à Santiago, 😉, le Président PINERA, .. -quelques jours après le départ forcé du Président Bolivien sous la pression sociale, (tiens tiens !! .. ) – a annoncé un RÉFÉRENDUM pour ou contre un CHANGEMENT DE CONSTITUTION ! (1)

SUR LES MURS DE SANTIAGO LA CONTESTATION SE DESSINE ET SE PEINT ..

(1) A savoir : l’actuelle Constitution est héritée de l’époque Pinochet ! 

HUASCO – CALDERA .. 250 km, direct, entre oliviers et déserts ..again !👏👏😀

(en passant par Copiapo) ..la coulée verte et le désert !

A HUASCO, j’ai dormi, marché, pas nagé dans l’eau à 14 « qui prenait aux pieds » comme on disait ds ma Normandie natale,.. mais me suis régalée de poissons midi et soir ds les petits resto de la rue principale, avec les habitants du village ;

Super ambiance !😀

Ce matin, je décolle pour 240 km plus haut ! 

D’un signe de la main, le bus s’arrête devant l’hostal ! Le luxe..

Et en prime il est direct pour Caldera ! (Sans changer à Copiapo la grande ville du coin !👍😀) bonheur !

Car d’ici, c’est la même histoire : pas de route le long de la côte donc il faut regagner « la panam », direction Est jusqu’à Copiapo, la grande ville «  sur » la Panam, et là, et repartir à l’Ouest ! Pour 60 km pour Caldera ! ..région d’Atacama !

Place numéro 13 ..la chance .. ! 😉 non, pas la chance, j’ai pris la dernière place hier, celle dont personne ne veut ici ah ah 😉 !

La meilleure ! : Je suis à l’étage tout devant ; vue panoramique ! Génial !

Je vais encore me régaler des paysages ! 

De plus en plus beaux ?

1/ D’abord la « réputée «  vallée de l’HUASCO, ah oui, c’est le nom d’un petit Rio qui coule des Andes au Pacifique, et voilà le résultat :

Quelques siècles en arrière, les Espagnols, après des semaines ds les déserts du Nord, ont été bien surpris de tomber sur cette superbe vallée entourée de collines désertiques !

L’histoire dit qu’Ils se sont gavés de fruits, , puis quelques années plus tard, ont apporté quelques graines d’olivier

Et voilà ! la vallée est aujourd’hui l’un …des plus grands vergers du pays, elle « nourrit » presque tout le pays en olives ! (enfin une bonne partie !)

et puis ..retour à la Panam..boum du désert !

En bordure du désert, HUASCO : un petit port bien tranquille …où il n’a pas plu depuis juillet 2017 ! et lui aussi menacé par la mine !

Pas de surprise : A l’Ouest le Pacifique, à l’Est le désert !

Un village, un petit port, une grande plage .., un phare au bord du désert ! .. et pas d’eau !

Vue du « boulevard de la mer », au centre du village …
Zoomé ah ah !.. non, juste au bout « de la ville  »
Les pieds dans l’eau, regard vers l’Est !
Recyclage malin !
Inglesa San Pedro : la proue d’un bateau !
Ici aussi la «  protesta », mais avant tout pour l’eau !

HUASCO CRIE AU SECOURS !

quand il pleut en juillet, en novembre fleurissent sur la dune des fleurs extra-ordinaires ! Paraît-il uniques au monde ! 😢

Et là, depuis 2 ans, plus de fleurs !😢

De l’eau de l’eau !

Double bataille : en marallèle la région se bat aussi très fortement contre le projet de mine lancé en 2009 par un groupe canadien

en est le projet ? Voir le film documentaire « Cry of the Andes » 😢

Il faut savoir que les grands projets miniers demandent beaucoup d’eau, voir article suivant : AGUA AGUA : De l’eau de l’eau !